Astreinte et Poste

Le bâtiment du 21 rue de la Poste est aujourd’hui occupé par l’Agence Postale Communale. La Banque Postale dédommage la commune qui, en contrepartie, finance les locaux et le personnel. L’autre partie du bâtiment est mis en location. Il a été partiellement rénové lors du précédent mandat, mais l’isolation et le chauffage ne sont guère performants. Il était vacant depuis plusieurs mois.

Début octobre, le maire inscrit à l’ordre du jour du conseil municipal du 8 la location du logement, puis il le retire le jour de la réunion.

 

A cette occasion, nous proposons la vente du bâtiment.

Le patrimoine immobilier de la commune est important et ce bâtiment n’est pas situé dans le coeur du village. En outre, il est assez vétuste et nécessiterait des travaux importants pour le rendre plus attrayant pour des locataires. Et la commune devra aussi aménager la maison d’habitation de la ferme. Le fruit de la vente de la Poste permettrait de financer tout ou partie de ces travaux, voire d’autres. L’accueil de l’Agence Postale Communale pourrait également être transféré dans le coeur du village, lieu exact à déterminer.

Pris de court, le maire ne prend pas position par rapport à notre proposition.

 

Puis, il remet à l’ordre du jour de la réunion suivante le logement de la Poste. Il l’accompagne de la mise en place d’un régime d’astreinte pour l’employé communal.

Le constat :

  • besoin de déneigement (combien d’interventions ces cinq dernières années ?) ;
  • incidents techniques salle médiévale et socioculturelle pendant les locations ;
  • nombreuses heures supplémentaires de l’employé communal ;
  • maire importuné lors des locations de salles.

La proposition alambiquée :

  • astreintes de l’employé communal non rémunérées ;
  • mise à disposition de l’appartement de la Poste à l’employé communal pour un demi loyer (300 € / mois) + les charges estimées à 350 € / mois ;
  • plus de paiement d’heures supplémentaires.

Nos suggestions :

  • location de la Poste au loyer normal (600 €) ;
  • paiement des heures supplémentaires effectuées en veillant à leur emploi judicieux ;
  • paiement d’une astreinte le cas échéant ;
  • affecter les 228 € mensuels affectés auparavant à la conseillère déléguée (le poste n’existe plus) à l’astreinte qui pourrait tenue par le maire et ses adjoints.

Malheureusement, nos suggestions n’ont pas été retenues et la proposition du maire a été votée à 9 voix contre 5, sans aucun commentaire ni question de la majorité.

Nous serons vigilants sur les heures supplémentaires de l’employé communal et comment sont assurées les astreintes en son absence.

Bâtiment La Poste

Source image : Google Street View

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.